Née en 1973 à Calcutta, lauréate du Grand Prix du Roman de la Société des Gens de lettres et du Prix du rayonnement de la langue française, décerné par l’Académie française en 2014 pour son troisième roman Calcutta, Shumona SINHA considère que ce n’est ni l’Inde ni la France, mais que c’est la langue française qui est sa patrie. Installée à Paris en 2001, elle obtient un Master 2 en lettres modernes à la Sorbonne, publie trois anthologies de poésie française et bengalie et en 2008 son premier roman : Fenêtre sur l’abîme (Éditions de la Différence). En 2011, son deuxième roman, Assommons les pauvres !(Éditions de l’Olivier) est très remarqué par la critique, sélectionné dans le short-list du Prix Renaudot et a obtenu le Prix Eugène Dabit du roman populiste 2011 et le Prix Valéry-Larbaud 2012, est adapté aux théâtres en Allemagne et en Autriche. Son quatrième roman Apatride (2017) ainsi que ses autres romans sont traduits dans plusieurs langues, font l’objet d’études aux universités françaises et américaines, s’interrogent sur l’identité, l’exil, la condition féminine.

Dans Le Testament russe, son cinquième roman, paru en mars 2020 chez Gallimard (Blanche), elle décrit la fascination d'une jeune Bengalie, Tania, pour un éditeur juif russe des années 1920 qui fut le fondateur des Éditions Raduga. Pour la journaliste Claire Devarrieux, Un des sujets de ce roman est la manière dont se perpétue l’internationale des lecteurs. 

 

PRESSE :

 

Libération, Claire Devarrieux, 2020 :  

Le nouveau roman de Shumona Sinha, le Testament russe, est indien et français. (...)Le parallèle est audacieux, entre la jeune fille de Calcutta, dont les parents brûlent le journal intime, et les écrivains russes persécutés, mais Shumona Sinha fait bien sentir la solidarité qui se noue entre le personnage de Tania et le monde des éditions Raduga, via les ouvrages vendus par son bouquiniste de père, pour commencer. (...) Un des sujets du Testament russe est la manière dont se perpétue l’internationale des lecteurs. Ce qui est très beau, c’est la mélancolie avec laquelle la romancière (elle est aussi poète) évoque le riz au lait d’un anniversaire, le parfum du frangipanier en fleur, «les effluves mêlés de boue et d’épices», les couleurs des ruelles et des avenues, les «larges bandes caillouteuses en guise de trottoir».

  

 

Le Monde, Catherine Simon, 2014 : 

Tout en dessinant à gros traits, comme au fusain, l'histoire politique du Bengale, la virtuose qu'est Shumona Sinha, indienne francophone et auteure remarquable d'Assommons les pauvres ! (L'Olivier, 2011), échappe avec habileté aux lourdeurs du roman historique. (...) Roman d'exil, Calcutta s'interroge, avec superbe sur les méandres de la transmission et la puissance de la littérature. 

 

L'Express  2014

En romancière avertie, Shumona Sinha alterne, dans un français plus que parfait, les allers-retours entre hier et aujourd'hui, bouleversements publics et histoire privée. 

Télérama, Christine Ferniot, 2014

Tensions issues du passé, modernité déroutante, la narratrice fouille les cendres puis rôde dans « les fatras du rêve ». Elle réussit une œuvre intimiste, nostalgique et grave, un voyage vers sa ville natale, sa langue abandonnée, sa famille, tout en racontant l'histoire politique de son pays. 

 

 

Bibliobs 2014

En français, sa langue d'adoption, la jeune auteur d'"Assommons les pauvres!" fait revivre, dans un roman d'enfance, la ville de Calcutta où elle est née. 

LesEchos 2014

A l’évidence, Calcutta vaut le détour. Ce qui est vrai de la foisonnante métropole bengalie l’est aussi du roman éponyme, non moins foisonnant, de Shumona Sinha. 

LaLibreBelgique  2014

Un roman puzzle, écrit dans un style inspiré, qui surplombe cette Inde où le père pensait que tous les humains réunis ne suffiraient pas "à sécher les larmes, à effacer les cris des zones frontalières, dont les chemins tortueux glissaient, dont les passerelles en cordes vacillaient au-dessus d’un pays qui tombait en lambeaux à chaque effritement de falaise, devenant inaccessible, secret, oublié". 

ME SUIVRE

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube

© 2023 par Simone Morrin. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now